Projet Polis : l’urbanisme solaire prend ses marques

Les apports énergétiques solaires sont de plus en plus pris en compte dans la planification urbaine en Europe. Le projet Polis qui a réuni plusieurs villes d’Allemagne, d’Espagne, de France, du Portugal et de Suède, y a fortement contribué.

Aujourd’hui, en matière d’énergie, plusieurs états de fait semblent acquis : l’ère de l’énergie bon marché touche à sa fin ; il devient impératif de réduire la demande ; la production d’électricité va se déplacer des grandes centrales vers une multitude de petites unités décentralisées souvent alimentées par des renouvelables.

A cela s’ajoute le fait que les villes européennes concentrent près de 80 % de la population de l’Ue, soit 75 % de la demande énergétique totale et des émissions de CO2. Les collectivités locales ont par conséquent un rôle majeur à jouer dans la construction de l’avenir énergétique de l’Europe.

C’est dans ce contexte que le projet Polis – Identification et mobilisation des potentiels solaires grâce à des stratégies locales – a été mis en place, avec le soutien du programme Europe Energie Intelligente de l’Ue. Rappelons que la planification urbaine a pour objectif d’améliorer le bien-être des personnes et des communautés en créant des espaces plus pratiques, équitables, sains, efficients et attrayants pour les générations actuelles et futures.

Le projet Polis a été mené par un consortium pluridisciplinaire (agences locales de l’énergie, universités, consultants, agences d’urbanisme, services municipaux de planification) de six grandes villes  présentant des expériences différentes et des degrés de développement urbain variés : Lyon, Paris, Lisbonne, Malmö, Munich et Vitoria-Gasteiz.

Il est parti d’un double constat : d’une part, dans l’éventail des techniques EnR, les systèmes liés au solaire (Pv ou thermique) s’intègrent directement dans le milieu urbain. D’autre part, le solaire est étroitement lié à la forme, la fonction et l’agencement des bâtiments et nécessite de ce fait des procédures de planification qui tiennent compte d’un ensemble d’exigences particulières. Il peut également jouer un rôle important dans le parc immobilier existant.

Pour en exploiter au mieux le potentiel, de nouvelles techniques sont désormais disponibles comme les analyses de surfaces de toits par laser intégrées à des Sig ou encore des méthodologies servant à évaluer les projets pilotes selon la typologie de la structure urbaine.

Les villes partenaires ont d’abord élaboré des plans d’action stratégiques à long terme pour intégrer le solaire à l’échelon urbain dans leur stratégie globale de planification. Elles ont ensuite mis en place une vingtaine d’actions de court terme qu’elles ont mises en œuvre en se les répartissant (ex. : identification du potentiel solaire, actions permettant de mobiliser le potentiel identifié, développement et mise en œuvre de mesures d’urbanisme, élaboration de mesures financières et/ou législatives).

Exemple de cadastre solaire

Paris, par exemple, a fait réaliser son premier « cadastre solaire », un document qui lui permet de repérer les toits les plus pertinents en termes d’orientation pour recevoir une installation solaire. Cette carte, présentée le 26 juin dernier, a été réalisée par l’Atelier Parisien d’Urbanisme qui l’a conçue en recréant un modèle numérique en 3D de Paris (en 2011) tenant compte de toutes les ombres possibles des immeubles (ou des arbres) les uns sur les autres.

Elle décrit l’ensoleillement de la capitale en se basant sur les conditions météorologiques moyennes observées ces dernières années. De son côté, Malmö a travaillé sur l’intégration des exigences en matière d’énergie solaire ou d’autres énergies renouvelables dans les contrats d’acquisition. Le groupe de travail a notamment élaboré un éventail complet de ces contrats et accords municipaux d’affectation des sols.

Troisième axe clé du projet Polis : le transfert de l’approche aux autres villes. Les enseignements tirés et les expériences menées dans le cadre de ce projet servent de base au développement de références de planification et de directives. Plusieurs ouvrages ont été publiés depuis 2012 dont un catalogue regroupant les dix recommandations identifiées par les partenaires du projet (v. encadré).

Durant les trois années du projet, l’ambition des partenaires était de « soutenir conjointement l’établissement de conditions cadres parfaites pour la mise en place d’usines d’énergie renouvelable à petite échelle dans les villes participantes, avec une feuille de route pour d’autres activités dans le domaine des technologies solaires ».

A long terme, le projet devrait « contribuer à la mise en oeuvre des objectifs de l’Ue et des pays en matière d’énergies renouvelables pour 2020 et au-delà, ainsi qu’à la fourniture aux villes intéressées d’un éventail d’exemples, de stratégies et d’instruments réussis ».

HBD

Les dix recommandations nécessaires

Sur la base des expériences recueillies durant les actions pilotes dans les six villes parties prenantes, les partenaires du projet Polis ont identifié dix points qu’ils considèrent nécessaires pour mettre en oeuvre une politique de planification cohérente en faveur de l’énergie solaire.

Ces recommandations portent sur la manière d’identifier et de mobiliser le potentiel solaire, d’optimiser les processus d’urbanisme et d’adapter la législation et les politiques locales. Elles couvrent l’ensemble du processus, depuis la collecte des données jusqu’à l’élaboration des règles / lois et la législation :

  • Compiler les données ;
  • Identifier le potentiel solaire à l’échelle de la ville ;
  • Identifier le potentiel solaire à l’échelle d’un bâtiment/quartier ;
  • Organiser la formation des urbanistes ;
  • Mobiliser les citoyens ;
  • Optimiser les processus de planification du potentiel solaire dans de nouvelles zones ;
  • Planifier à l’aide d’outils d’optimisation solaire ;
  • Définir les critères pour les appels d’offres/concours ;
  • Introduire des critères solaires dans les plans d’occupation des sols et les règlementations solaires ;
  • Introduire des critères solaires dans les contrats d’acquisition.

Ces recommandations de même que les outils et pratiques d’urbanisme solaire ainsi que la participation des citoyens permettront de reproduire ces expériences réussies dans d’autres villes, en se servant des enseignements tirés de la pratique.

En savoir plus : www.polis-solar.eu

Articles similaires

Tags : , , , , ,

2 réponses à Projet Polis : l’urbanisme solaire prend ses marques

  1. bouhedli dit :

    l’urbanisme solaire a consacré une partie importante du développement des énergies renouvelable.

  2. Ping : Le cadastre solaire du quartier Sainte Blandine « Plan Climat Grand Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>