Agir pour protéger et promouvoir la biodiversité

Créée en 2012 lors de la COP11 à Hyderabad en Inde, la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) compte 129 Etats membres. A l’occasion de sa 6e session plénière fin mars à Medellin (Colombie), elle a publié plusieurs rapports d’envergure dont quatre dressent l’état de la biodiversité de grandes régions du monde (Afrique, Amériques, Asie/Pacifique, Europe/Asie centrale) et un porte plus spécifiquement sur la dégradation des sols dans le monde.

Pour Anne Larigauderie, secrétaire exécutive de l’IPBES, « la réalisation des ODD, du plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020, des objectifs d’Aichi pour la biodiversité et de l’Accord de Paris sur le climat dépendent de la santé et de la vitalité de notre environnement naturel dans toute sa diversité et sa complexité. Agir pour protéger et promouvoir la biodiversité est au moins aussi important pour la réalisation de ces engagements et le bien-être humain que lutter contre le changement climatique ». De fait, « des écosystèmes plus riches et plus diversifiés sont plus à même de faire face aux perturbations telles que les événements extrêmes ou l’émergence de maladies. Ils sont notre ‘police d’assurance’ contre les catastrophes imprévues et, utilisés de manière durable, ils offrent également plusieurs des meilleures solutions à nos défis les plus urgents ».

Le rapport sur la dégradation des sols due à l’activité humaine montre que cette dégradation réduit le bien-être de 2/5e de l’humanité, entraîne l’extinction d’espèces, intensifie le changement climatique mais aussi qu’elle contribue aux migrations de masse et au risque de conflits.

Particulièrement au fait de ces problématiques, Pollutec présente les toutes dernières avancées dans ces domaines, en particulier à travers le village Génie écologique (en partenariat avec l’UPGE, réseau d’entreprises actives dans la protection et restauration de la biodiversité et des services écosystémiques) et le village Sites et Sols pollués (avec l’UPDS, l’union des professionnels de la dépollution des sites). Au programme notamment : le préjudice écologique, l’économie circulaire dans le domaine des sols, la phytoremédiation associée à d’autres traitements mais aussi la normalisation, la certification, la numérisation des procédés, l’amélioration de la détection des polluants, etc.

Le focus Mer et Littoral s’intéressera quant à lui tout particulièrement à ces écosystèmes aujourd’hui largement dégradés : lutte contre les différentes formes de pollution, exploitation durable des activités liées à la mer, risques climatique et aménagements, tout autant que perspectives de remédiation et restauration des ces milieux marins et côtiers sont développés dans le Village thématique dédié.

Vous souhaitez en savoir plus sur les secteurs de Pollutec ? Rendez-vous sur notre site internet.

*Pour mémoire, la COP14 Biodiversité se tiendra du 10 au 22 novembre 2018 à Charm el-Cheik (Egypte).

fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais