Le débat public sur la PPE (programmation pluriannuelle de l’énergie) qui vient de s’achever doit contribuer à la révision de cette PPE d’ici fin 2018 pour les périodes 2018-2023 et 2024-2028. L’occasion de rappeler que réduire la consommation d’énergies fossiles passe aussi par la chaleur renouvelable et de récupération : biomasse, géothermie directe et PAC, solaire thermique, valorisation énergétique des déchets, réseaux de chaleur et de froid…

La loi TECV* fixe un objectif de 32% de consommation d’énergies renouvelables dans le bouquet énergétique à l’horizon 2030. Aujourd’hui, ces EnR – tous usages confondus : électricité, mobilité, chauffage et refroidissement – représentent 15,7% de la consommation énergétique nationale. Dans ce nouveau mix, 38% de la chaleur consommée devra être d’origine renouvelable contre 20,4% à fin 2016 (soit 142 400 GWh sur 698 860). Autrement dit, il va falloir quasiment doubler en à peine quinze ans. C’est l’un des enjeux de la future PPE 2018 car, pour l’instant, les objectifs fixés par la PPE 2016 pour 2023 sont loin du compte…

Et pourtant, le potentiel est considérable, à commencer par les filières biomasse collectives et industrielles. Dans ces domaines, les solutions pour récupérer et valoriser la fraction biodégradable des déchets industriels, agricoles ou agroalimentaires se font toujours plus nombreuses et plus précises.

Autre secteur prometteur, les réseaux de chaleur et de froid alimentés aux EnR ont eux-aussi de beaux jours devant eux. En effet, la loi TECV impose de multiplier par cinq les quantités de chaleur renouvelable et de récupération livrées par les réseaux d’ici 2030. Rappelons qu’entre 2005 et 2015, la répartition des énergies fossiles/EnR alimentant ces réseaux est passée de 75%/25% à 50%/50%.

Enfin, les énergies de récupération continuent de faire l’objet d’innovations technologiques importantes. En témoignent notamment les solutions toujours plus pointues permettant de récupérer l’énergie fatale dans les process industriels, les data centers ou les eaux usées et l’essor notable de la filière biogaz.

Des bio-déconditionneurs à une place de marché digitale pour les déchets organiques en passant par une pile énergétique qui récupère l’énergie des rejets fatals de l’usine, Pollutec 2018 concentrera de nombreuses innovations dans l’ensemble des domaines liés à la chaleur renouvelable et de récupération.

*Loi relative à la transition écologique pour la croissance verte, août 2015.

 

fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais