En France, les entreprises délaissent encore la certification ISO 14001. Difficile à mettre en place par la rigueur et l’implication qu’elle nécessite, elle présente néanmoins l’avantage de mobiliser et fédérer les salariés autour d’une démarche valorisante. Nous vous proposons cet article pour vous y retrouver facilement et en apprendre davantage.

I / Définition de la norme ISO 14001

Une série de normes, appelée ISO 14000, s’intéressent tout particulièrement au management environnemental. La plus utilisée de cette série, la norme ISO14001, ne mentionne aucune exigence en terme de niveau de performance. Reposant sur une démarche volontaire, elle s’appuie sur le principe d’une amélioration continue, grâce la maîtrise et à la réduction des impacts sur l’environnement de l’activité de l’entreprise. Celle-ci reste libre quant à son mode d’action.
La norme ISO 14001 s’appuie sur la roue de Deming.

norme-iso-14001-deming

Créée par l’Organisation Internationale de la Normalisation (International Organisation for Standardization), elle est censée permettre une amélioration continue des performances de l’entreprise. Plusieurs organismes attribuent cette certification : l’association française pour l’amélioration et le management de la qualité (AFAQ), le Bureau Veritas (BVQI), le Det Norske Veritas (DNV) certification France, Ecopass, le Lloyd’s Register Quality Assurance (LRQA), le SGS-ICS, l’UTAC, le Dekra certification et l’organisme français de certification (OFC).

II / Ses exigences

Elles sont au nombre de 18 et se répartissent en 6 chapitres :
1. Les exigences générales : elles concernent les intentions de l’établissement en termes d’environnement.
2. La politique environnementale : ce sont les objectifs définis par l’entreprise.
3. La planification : elle regroupe les actions prévues pour satisfaire la politique environnementale.
4. La mise en œuvre : il s’agit du suivi effectif du planning
5. Les contrôles et les actions correctives : ils se rapportent à la surveillance de la fonctionnalité du Système de Management Environnemental
6. La revue de direction : elle concerne la vérification de l’adéquation, de l’efficacité et de la pertinence du système

III / Les étapes de mise en place essentielles

Un audit des pratiques en cours et de leur conformité ou non avec la réglementation et les objectifs visés constitue toujours le premier pas à faire. Il permet d’évaluer la performance de l’entreprise en matière de management environnemental et d’identifier les améliorations nécessaires. L’audit peut intégrer un bilan des émissions de gaz à effet de serre : il faut alors se reporter à la norme ISO 14064. Si les audits sont produits en interne, un consultant de l’un des organismes de certification cités plus haut le complétera.

norme-iso-14001-audit

La deuxième étape consiste en l’élaboration d’un programme de mesures à prendre et d’actions à développer, suivant un calendrier approprié. Il pourrait s’agir par exemple d’une meilleure gestion des ressources papier.

Enfin, les nouvelles pratiques de l’entreprise et leur impact environnemental seront évalués sur la base d’un audit par an, pendant une période de trois ans. De nouveaux changements pourront s’avérer nécessaires.

IV / Les 5 avantages à s’y conformer

Le premier concerne évidemment la meilleure maîtrise des questions environnementales dans le management global de l’entreprise, au même titre que la qualité et la sécurité. En imposant la structuration d’une veille réglementaire, la norme ISO 14001 offre aux entreprises une meilleure maîtrise financière de cette problématique.
En tant qu’outil de maîtrise des coûts, le système de management environnemental, via des actions de prévention, permet de prévenir les incidents et de minimiser leurs impacts. Une meilleure économie des consommations et des rejets-déchets rendent possible un retour sur investissement.
Outil de dialogue, elle assure la confiance des partenaires aussi bien clients, investisseurs, riverains, associations de protection de l’environnement qu’assureurs.

Prenant également la forme d’un outil de mobilisation des collaborateurs, elle fédère le personnel en leur offrant un projet commun. L’intérêt sera d’autant plus fort qu’il concernera l’amélioration directe de leur contexte professionnel, notamment en matière de santé ou de sécurité. Des résultats concrets entretiennent la motivation.

Enfin, la réussite de ce projet améliorera l’image de l’entreprise aux yeux de tous.

Même si la norme ISO 14001 sensibilise les entreprises à une vraie démarche RSE, elle reste vivement critiquée. En effet, ne faisant pas mention d’une obligation de développement durable, certains conservent leur scepticisme quant à son efficacité. Au sein de votre entreprise, n’hésitez pas à pousser plus loin votre démarche.

fr_FRFrançais
en_USEnglish fr_FRFrançais