S’il est encore trop tôt pour en dresser un bilan économique, les vagues de chaleur de cet été 2019 ont indéniablement battu des records et chacun a pu en constater les effets à différents niveaux. Voici un point des épisodes de juin et de juillet et de leurs principaux impacts.

D’abord un constat

D’après Petteri Taalas, secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), en ce mois de juillet 2019, « des dizaines de records de chaleur ont été pulvérisés au plan local, national et mondial ». Le 25 juillet, des températures records ont été atteintes en Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Royaume-Uni et France. A titre d’exemple, les 42,6° C constatés à Paris équivalent à la température moyenne de Bagdad en juillet. Le 27 juillet, la Norvège expérimentait des « nuits tropicales » (+ de 20°C) à 28 endroits différents et le lendemain, la Finlande affichait 33,2°C à Helsinki et 33,7°C à Porvoo. Du jamais vu. Et en parallèle, une fonte record des glaces a été enregistrée au Groenland (8,5 Gt et 7,6 Gt contre 4 Gt en journée moyenne) les 3 et 4 août alors que la période de fonte maximale est normalement terminée à cette époque. Cette vague de chaleur avait été précédée en juin par une vague particulièrement précoce et intense.

Au final, selon l’OMM, après le « mois de juin le plus chaud de l’histoire de la Terre », juillet a été « aussi chaud, voire davantage, que le mois le plus chaud jamais observé » (en l’occurrence, juillet 2016) alors que l’année 2019 n’est pas caractérisée par un épisode El Niño de forte intensité(1).

Ces deux vagues de chaleur ont des répercussions à tous les niveaux de notre vie quotidienne, d’autant plus qu’elles sont associées à un déficit pluviométrique de plusieurs mois (hiver et printemps 2019) et donc une sécheresse importante.

 

Carte de l'Europe

Land Surface Temperature, 25 07 2019, Sentinel 3-Copernicus

 

Un « dôme de chaleur » aux impacts multiples

Le « dôme de chaleur » qui a survolé l’Europe de l’Ouest fin juillet a eu des impacts en termes de santé (coups de chaleur, déshydratation, maladies cardiovasculaires et autres affections liées à la température). Il a entraîné des perturbations du fonctionnement des transports (ex. : dilatation des rails) et des infrastructures (coupures d’électricité, baisse des réserves d’eau potable, fissures sur bâtiments, arrêts de certains réacteurs pour éviter de rejeter des eaux trop chaudes…). Il a par ailleurs contribué à la formation de pics d’ozone, ceux-ci ayant entraîné des restrictions de circulation.

Associé à la sécheresse(2), cet épisode de canicule cause de considérables pertes de récoltes mais aussi des feux de forêts dans des zones jusque-là relativement épargnées comme le Nord de la France et surtout l’Arctique. Par exemple, au 29 juillet, c’est l’équivalent de la surface de la Belgique qui avait disparu dans les flammes en Sibérie causant des dégâts majeurs à la fois pour l’environnement (émissions de polluants : particules et gaz toxiques dont CO et NOx, d’où une mauvaise qualité de l’air) et pour le climat (émissions de plus de 7,5 millions de tonnes de CO2, d’où un effet de serre accentué). Dans de nombreuses régions, les restrictions d’eau devenues nécessaires ont des conséquences dramatiques pour l’agriculture et d’autres activités économiques. Enfin cette vague de chaleur a contribué à accélérer la fonte des glaces au Groenland, dans l’Arctique et sur les glaciers européens.

C’est déjà aujourd’hui

« Ce n’est pas de la science-fiction. C’est la réalité du changement climatique qui a lieu sous nos yeux et ne fera que s’aggraver si nous ne prenons pas d’urgence des mesures pour le combattre », souligne M. Taalas. Et pourtant, les solutions existent comme en témoignent le dynamisme et l’indéniable capacité à innover des professionnels des éco-industries. Mais le problème est de décider concrètement de favoriser ces solutions pour les mettre en place au plus vite. Là, tout est question de volonté…

 

Une canicule « quasi-improbable dans un climat non modifié »

Selon World Weather Attribution (WWA), les risques liés aux vagues de chaleur sont aggravés par le changement climatique d’origine anthropique et d’autres facteurs comme le vieillissement de la population, l’urbanisation, l’évolution des structures sociales et les niveaux de préparation. Le groupe de recherche estime en effet que le changement climatique d’origine anthropique a augmenté d’un facteur d’au moins 10 la probabilité de survenue de l’épisode de canicule de fin juillet et que cet épisode aurait été de 1,5° C à 3° C moins chaud s’il s’était produit dans un climat non modifié.

World Weather Attribution – 2 08 2019

 

1) El Niño: phénomène océanique à grande échelle du Pacifique équatorial, affectant le régime des vents, la température de la mer et les précipitations. Il correspond, en gros, à un réchauffement accentué des eaux de surface près des côtes d’Amérique du Sud.

2) A fin août en France, 85 départements sont soumis, au moins sur une partie de leur territoire, à des mesures de limitation ou de suspension des usages de l’eau. 20 % du territoire métropolitain sont concernés par des mesures de crise (source : MTES).